La distanciation dans le travail social auprès de personnes exilées : entre implication et protection

Accompagner des personnes exilées en situation de plus en plus précaire éprouve les limites de l’action sociale et celles de l’intervenant. Trouver une position entre une implication suffisante, sans surinvestissement, et une protection de soi, qui ne soit ni rejet de l’autre ni indifférence, nécessite de prendre en considération ses propres besoins et ressentis, ceux de la personne et ce qu’impose le cadre d’intervention.

Comment réguler la relation pour construire un espace relationnel équilibré, respectueux de soi, de l’autre et du cadre ? Mettre en œuvre la distanciation permet d’améliorer l’empathie et d’éviter l’épuisement ou le désengagement.

Objectif de la formation

Les participant/es seront en capacité de trouver la juste distance de travail pour accompagner les publics.

Objectifs opérationnels
  • Trouver la place qui permet de s’impliquer sans s’épuiser,
  • Prendre conscience de sa position dans la relation d’aide,
  • Articuler les dimensions individuelles et collectives de l’accompagnement, élaborer en équipe les pistes d’amélioration des pratiques,
  • Identifier les signaux qui préviennent d’un besoin de distanciation. 
Contenu
  • Le sens de l’accompagnement, à la croisée du cadre d’intervention, de l’accueil et des besoins spécifiques du public, de la commande publique…
  • Notions théoriques d’empathie, projection, résonance, défense…
  • Rôle, place et représentations des protagonistes dans l’accompagnement,
  • La relation d’accompagnement à l’épreuve de la pratique professionnelle : écueils possibles et limites de l’intervention, 
  • Positionnement professionnel et distanciation : les points d’appui, les ressources individuelles et collectives pour un accompagnement adapté.

Dates en inter : 1 et 2 octobre 2024

Durée : 2 jours en présentiel ou 14h en FAD

Public : Toute personne chargée de l’accompagnement social de demandeurs d’asile, réfugiés ou en migration.

Prérequis : Aucun